Environ deux cents «Moultazimoun» en faveur du TSL dans le centre-ville

Publié le par Jean-Philippe Chognot

666814_125914631668.jpegQuelque deux cents personnes se sont réunies hier après-midi dans le jardin Samir-Kassir de Beyrouth pour exprimer leur soutien au Tribunal spécial pour le Liban (TSL). De nombreuses personnalités étaient présentes.
L'atmosphère était solennelle, hier, dans le jardin Samir-Kassir. Vers dix-huit heures, environ deux cents personnes se sont rassemblées autour de la statue du journaliste assassiné, au centre-ville de Beyrouth, à l'appel du mouvement citoyen Moultazimoun. Personnalités et anonymes étaient tous là pour apporter leur soutien au Tribunal spécial pour le Liban (TSL), chargé de faire la lumière sur l'assassinat de Rafic Hariri et de ses compagnons.
Des familles de victimes d'attentats ont répondu présent. C'est notamment le cas du frère de Samir Kassir, du fils du député Walid Eido ou encore de la femme du député Antoine Ghanem. Le député et ancien ministre Marwan Hamadé et la journaliste May Chidiac, qui ont échappé à des attentats respectivement en 2004 et en 2005, se sont également déplacés. « En tant que rescapée d'un attentat, je ne pouvais répondre que oui à l'appel de Moultazimoun, a confié la journaliste miraculée. Tous les gens qui disent que le tribunal est politisé et n'œuvre pas en faveur de la justice font de la diffamation. »
Quelques hommes politiques se sont aussi mêlés à la foule. Parmi eux, de nombreux députés du Courant du futur du Premier ministre Saad Hariri. Ahmad Fatfat, Nabil de Freige, Jamal Jarrah, Moustafa Allouch et Atef Majdalani étaient notamment présents. Nadim Gemayel, député du parti Kataëb, était à leurs côtés. « Le tribunal international est la seule issue pour révéler la vérité et protéger la souveraineté du Liban, a assuré Ahmad Fatfat. Ce rassemblement aura sûrement un impact car nous constituons désormais une force importante. »
Le rassemblement a débuté par une minute de silence pour les deux soldats libanais morts hier dans des affrontements avec l'armée israélienne à la frontière sud. Entourés de drapeaux et de pancartes, Najib Zouein, coordinateur général de Moultazimoun, et May Chidiac se sont ensuite succédé au micro pour lancer un appel en faveur du TSL. Les deux orateurs ont été accueillis par des applaudissements nourris.

Jean-Philippe Chognot

 

Article publié dans le quotidien libanais L'Orient-Le Jour, du 04/08/2010.

Publié dans International

Commenter cet article