Les motards appellent les automobilistes à la prudence

Publié le par Jean-Philippe Chognot

2010-09-15 019 ALa Sécurité routière a lancé hier une campagne pour sensibiliser les conducteurs à la vulnérabilité des utilisateurs de deux-roues motorisés. Ceux-ci dénoncent le manque de vigilance des automobilistes.

Romain a eu chaud. Casque et combinaison noirs, le motard de 32 ans vient d’éviter la chute de justesse. Une berline rouge lui a coupé la route sans prévenir, sur la place de l’Étoile à Paris. « Les automobilistes ne font vraiment pas attention aux deux-roues, peste-t-il. Rouler dans Paris est un numéro d’équilibriste ; si l’on n’est pas vigilant, on frôle l’accident toutes les cinq minutes. » Ce sentiment d’insécurité se traduit dans les chiffres : 1 187 usagers de deux-roues motorisés sont morts sur les routes en 2009, selon la Sécurité routière.

Cette dernière a lancé hier une campagne de communication pour faire prendre conscience aux conducteurs de la vulnérabilité des utilisateurs de deux-roues. Des autocollants seront placés sur un million de véhicules en France, dont 200 000 dans la capitale. On pourra y lire des messages de prudence. Par exemple : « Salut, je m’appelle Thomas et je suis motard. Vous me croiserez peut-être sur votre prochain trajet. Merci de faire attention à ma vie. »

Marc Bertrand, chargé de la Sécurité routière à la Fédération française des motards en colère (FFMC), accueille l’opération favorablement. Il estime que la plupart des accidents sont dus à un manque de vigilance des automobilistes. « Il est très fréquent que les conducteurs oublient de mettre leurs clignotants quand il y a du trafic. »

 

Dans la peau d’un motard

Benjamin, 24 ans, a connu une telle mésaventure, fin août autour de la place de l’Étoile. « Une voiture a grillé ma priorité, m’a doublé par la droite et m’a fait une queue-de-poisson. Je suis tombé en essayant de l’éviter, raconte-t-il. J’ai eu beaucoup de chance parce que j’aurais pu me faire très mal. » Le véhicule qui l’a renversé était immatriculé dans les Yvelines. Ce n’est pas un hasard selon Eric, conducteur de scooter. « J’ai remarqué que les Parisiens font plus attention aux deux-roues que les provinciaux ou les banlieusards, note le père de famille de 42 ans. Ils sont plus habitués à cohabiter avec nous. »

Pour familiariser l’ensemble des automobilistes aux deux-roues, les Motards en colère préconisent de réformer l’apprentissage de la conduite automobile. « Nous demandons que, dans les autoécoles, les apprentis conducteurs montent au moins une fois à l’arrière d’une moto pour se mettre dans la peau d’un motard », recommande Marc Bertrand.

De leur côté, beaucoup d’automobilistes rejettent la responsabilité sur les comportements à risque deux-roues. Pierre, 62 ans, soutient ce point de vue. « Le principal problème, ce sont les livreurs et les conducteurs de scooters. Ils roulent vite, ils vous passent devant, vous doublent, vous engueulent… Ce sont des dangers publics », conclut-il.

Jean-Philippe Chognot

Publié dans France

Commenter cet article