La gare de déportation de Bobigny, un lieu de mémoire bientôt réhabilité

Publié le par Jean-Philippe Chognot

Gare de déportation de BobignyJeudi avait lieu la Journée internationale en mémoire des victimes de la Shoah. A cette occasion, l'ancienne gare de déportation de Bobigny est sortie de l'ombre. C'est en effet sur ce site que Guillaume Pépy a exprimé les regrets de la SNCF pour son rôle dans la déportation. La gare de Bobigny devint la principale gare française de déportation à partir de juillet 1943. Anne Bourgon, chargée du patrimoine mémoriel de la ville de Bobigny, en est désormais le gardien du temple.

 

L'ancienne gare de Bobigny fut réquisitionnée par les nazis à partir de juillet 1943, lorsque Alois Brunner prit la tête du camp de Drancy. Auparavant, les juifs étrangers raflés étaient déportés à partir de la gare du Bourget. Le transfert à la gare de marchandises de Bobigny correspondit aussi au début de la déportation des juifs français :

 

Drancy-Le Bourget-Bobigny est aussi connu sous le nom de «triangle de la déportation». Le choix de ces lieux n'était toutefois pas prémédité. Le régime de Vichy opta pour ces villes pour des raisons pratiques. La cité de la Muette de Drancy, inachevée et inhabitée à cause de la crise de 1929, servait en effet à interner des milliers de juifs. De plus, le réseau ferré existant reliait déjà Bobigny à Auschwitz :

 

Entre juillet 1943 et août 1944, 23 convois de 1000 personnes partirent de la gare de Bobigny pour le camps de concentration et d'extermination d'Auschwitz-Birkenau, soit un tiers des 74 000 juifs de France déportés. Des témoignages de survivants et de cheminots permettent de connaître les conditions d'embarquements :

 

La gare de Bobigny n'est plus en activité depuis la fin de la guerre :

 

Pour l'instant, la gare de déportation n'est pas ouverte au public. Parfois, des visites guidées sont organisées exceptionnellement par l'office de tourisme. Ceci dit, elle pourrait être réhabilitée et devenir un lieu de mémoire dans les prochaines années :

 

La ville de Bobigny n'envisage toutefois pas la construction d'un mémorial ou d'un musée. L'esprit du projet est de redonner au site son aspect d'origine.

Jean-Philippe Chognot

Publié dans France

Commenter cet article