Chiens errants : Bourj Hammoud cherche une «solution humaine»

Publié le par Jean-Philippe Chognot

668702_18536373033.jpegBourj Hammoud n'abattra pas ses chiens errants par balles. Une « solution plus humaine » sera mise en œuvre, a annoncé le vétérinaire de la municipalité après une réunion avec l'association BETA.
Les chiens errants de Bourj Hammoud ne seront pas abattus par balles. L'association de protection des animaux BETA (Beirut for the Ethical Treatment of Animals) en a obtenu l'assurance, jeudi au terme d'une réunion avec le vétérinaire de la municipalité. « Nous allons chercher un moyen plus humain pour résoudre le problème », a indiqué le docteur Adom Monjikian après l'entretien. Cette annonce met fin à une polémique née la semaine dernière. Une note signée par la municipalité avait été placardée dans le secteur arménien de Beyrouth pour prévenir les administrés d'une « campagne de lutte contre les chiens errants » impliquant des « coups de feu » (voir L'Orient-Le Jour du jeudi 19 août).
La solution de substitution n'a toutefois pas été déterminée. La décision revient au conseil municipal de Bourj Hammoud, qui doit se prononcer dans les prochaines semaines. La municipalité attend les recommandations de son vétérinaire avant de prendre une décision. « Nous allons évaluer toutes les alternatives, mais aucune n'est arrêtée pour le moment », assure le Dr Monjikian.
De son côté, BETA préconise de stériliser les chiens errants. Vendredi prochain, l'association remettra au vétérinaire un dossier détaillant cette pratique. « La documentation contient notamment des statistiques provenant de pays comme l'Inde ou l'Égypte, qui ont opté avec succès pour la stérilisation, précise Helena Husseini, vice-président de BETA. Si la municipalité adopte notre solution, nous sommes prêts à lui apporter notre soutien, avec nos volontaires. »
Selon l'organisation, les avantages de la stérilisation sont nombreux. « En plus de contrôler la reproduction des animaux, cette méthode les rend moins agressifs, assure Helena Husseini. Dernier avantage : les chiens stérilisés continuent à protéger leur territoire et empêchent les autres chiens de venir. » BETA espère que ces arguments convaincront le Dr Monjikian, afin qu'il les défende devant le conseil municipal de Bourj Hammoud.

Jean-Philippe Chognot

 

Article publié dans le quotidien libanais L'Orient-Le Jour, du 21/08/2010.

Publié dans International

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article