Mondial 2010 : les Turcs en retard, la FIBA inquiète

Publié le par Jean-Philippe Chognot

Et si le Mondial 2010 ne se déroulait pas en Turquie… On n’en est pas encore là mais cette hypothèse ne peut être écartée. En effet, le pays organisateur n’est pas dans les temps en ce qui concerne la construction des infrastructures prévues pour la compétition. Cette situation inquiète la FIBA qui a lancé un ultimatum. La Turquie a jusqu’au mois de mai – et une réunion du Central Board de la Fédération internationale – pour rattraper son retard si elle ne veut pas se voir retirée l’organisation du tournoi. « Il nous reste deux ou trois mois pour prendre une décision », prévient le secrétaire général de la FIBA, Patrick Baumann, sur le site acb.com. « Ce serait impossible d’attendre plus. »

Pour le moment, l’avancement des travaux est critique. Désignée hôte du championnat du Monde en décembre 2004, la Turquie tarde à démarrer certains chantiers. « La situation n’est pas facile », regrette le Suisse. « Le problème réside dans la construction des salles. » Des stades doivent notamment être bâtis dans la capitale Ankara et à Antalya, sur la côte méditerranéenne. Le dirigeant de la Fédération internationale attend des Turcs qu’ils mettent un coup d’accélérateur. « Ils peuvent faire les choses rapidement », assure-t-il. « Quand ils le veulent, ils en sont capables, mais il faut s’y mettre. »

Il y a un autre motif d’optimisme si l’on en croit Baumann. « La Turquie a l’avantage de subir relativement peu la crise économique », indique-t-il. De son côté, la fédération turque assure que toutes les infrastructures seront achevées en temps et en heure. Pas suffisant toutefois pour rassurer la FIBA qui attend du concret. Si rien ne bouge, les instances du basket mondial pourraient être amenées à trouver un nouveau pays hôte dans l’urgence. Un constat d’échec qui ferait tache.

Jean-Philippe Chognot


Article publié dans le BasketNews du 19/03/2009, en page 17.

Publié dans Basketball

Commenter cet article