Rouen : intégrer Derrick Low

Publié le par Jean-Philippe Chognot

En l’absence de son maître à jouer Kevin Houston, out pour la saison, Rouen a créé l’exploit à Roanne (82-78). Rassurés, les hommes de Michel Veyronnet vont maintenant devoir intégrer leur nouveau meneur, Derrick Low, qui débarque d’Australie.

Impossible n’est pas rouennais. Les troupes de Michel Veyronnet l’ont démontré samedi. Sans Kevin Houston, out pour le reste de la saison, le SPO Rouen a trouvé les ressources mentales pour faire tomber le vice-champion de France roannais dans son antre (82-78). Au pied levé, Mohammed Hachad et Mickael Toti ont su compenser avec brio le trou laissé par leur leader. « Mes joueurs ont réagi comme de grands professionnels », apprécie le coach. « Ils se sont dit : La blessure de Houston est vraiment un très gros coup dur mais il faut se serrer encore plus les coudes. »

Pourtant, avant la rencontre, l’entraîneur rouennais n’en menait pas large. « La blessure de Kevin Houston au All-Star Game, c’est la pire chose qui pouvait nous arriver. Un promu, c’est déjà fragile. Un promu sans son meilleur joueur, ça l’est encore davantage. » Ce qui devait être un moment de joie pour le meneur rouennais s’est transformé en véritable catastrophe en l’espace d’une seconde. Résultat : rupture des ligaments croisés antérieurs du genou gauche et ménisque touché. « Houston sera out de huit à dix mois. Il ne rejouera pas cette saison », précise le coach.

Face à ce constat, le club s’est immédiatement mis en quête d’un joueur pour remplacer son meilleur marqueur (15,3 points) et passeur (4,6 passes). C’est au meneur américain Derrick Low (1,88 m, 22 ans) que reviendra cette lourde tâche. Celui-ci répond parfaitement au portrait-robot que son nouvel entraîneur dressait avant son arrivée : « Un joueur très peu cher, opérationnel tout de suite, et qui apporte quelque chose à l’équipe. »

Ce que l’Hawaïen de naissance doit fournir avant tout au SPO, c’est du scoring. « Nous en avons besoin en priorité pour compenser l’apport de Houston », assure le technicien normand avant d’ajouter : « Derrick Low est un combo gros scoreur et très bon à trois-points. Dans sa carrière, il a toujours tourné à près de 40% derrière la ligne. C’est un gros poisson. »

Après un cursus universitaire solide au sein de l’université de Washington State – 14,1 points lors de sa troisième et dernière année –, Low s’est exilé en Australie l’été dernier. Mais il a rompu son contrat lorsque son club, le Sydney Spirit, a rencontré de graves difficultés financières à la fin novembre. Aux antipodes, il tournait à 18,9 points, 3,1 rebonds, 3,6 passes. Tout juste débarqué à Rouen mardi, le meneur rookie n’a que peu de temps pour se préparer à un rude baptême du feu à Chalon samedi.

Jean-Philippe Chognot

 

Article publié dans le BasketNews du 08/01/2009, en page 05.

 

Publié dans Basketball

Commenter cet article