Spencer et Bluthenthal : attendus au tournant

Publié le par Jean-Philippe Chognot

Depuis le début de la saison, les deux principales recrues mancelles sont bien loin de leurs standards. Des défaillances qui commencent à se faire sentir sur les résultats du MSB en championnat.

Cet été, leur signature au Mans avait suscité l’enthousiasme et fait naître beaucoup d’attentes. Après deux mois de compétition, Dewarick Spencer et David Bluthenthal peinent à justifier les espoirs placés en eux. La semaine dernière, J.D. Jackson, le coach manceau, et Christophe Le Bouille, le président, ont exprimé publiquement leur mécontentement. Le dirigeant s’est même entretenu dans la foulée avec les deux joueurs : « Je leur ai dit que leur apport était insuffisant par rapport à ce que l’on était en droit d’attendre d’eux. »

Pour Spencer, le problème semble mental. L’arrière américain souffre d’un déficit de confiance selon son entraîneur, J.D. Jackson. « Dee (Spencer) est un joueur qui aime avoir beaucoup de cartouches mais, comme il n’est pas en réussite, on privilégie d’autres solutions. C’est une situation difficile pour lui. » En panne d’adresse, l’ex-MVP de Pro A a divisé par deux ses statistiques par rapport à sa dernière saison à Roanne : 11,4 d’évaluation contre 21,1 il y a deux ans. Mêmes effets en Euroleague : 7,0 contre 14,3 l’an dernier à la Virtus Bologne.

Le constat est plus nuancé pour David Bluthenthal. L’Américano-israélien tient mieux son rang en Euroleague qu’en championnat. « L’enchaînement des matches, des voyages, des entraînements le marque plus que les autres joueurs », explique le coach. « En Euroleague, il ne sort quasiment jamais du terrain donc en championnat, il est fatigué. Quand la fréquence se sera calmée, il sera sûrement plus dynamique. » Selon son entraîneur, l’ailier ne pèche donc pas par manque de motivation.

« David Bluthenthal a réitéré sa volonté de rester avec nous jusqu’à la fin de la saison », confirme Christophe Le Bouille, coupant court aux incertitudes concernant son avenir au club. Une clause de son contrat lui permet de s’engager avec un autre club à la fin de la phase régulière de l’Euroleague si Le Mans ne se qualifie pas pour le Top 16. Le MSB percevrait alors une forte indemnité. « Cette clause perturbe plus les gens à l’extérieur du club qu’à l’intérieur », affirme le président. « David n’y a jamais fait allusion. »

Si le coach et l’entraîneur ne cèdent pas au catastrophisme, les résultats du Mans pâtissent de la méforme de ses joueurs majeurs. Avant sa rencontre d’Euroleague à Zagreb mercredi (hors délais de bouclage), le MSB n’avait gagné que deux de ses neuf derniers matches toutes compétitions confondues. Christophe Le Bouille veut croire à une réaction de ses Américains : « David et Dewarick m’ont promis de tout faire pour remettre l’équipe sur de bons rails. » Y parviendront- ils ? Premiers éléments de réponse samedi à Pau.

Jean-Philippe Chognot

 

Article publié dans le BasketNews du 11/12/2008, en page 15.

Photos : Jean-François Molière

Publié dans Basketball

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article