Charleville, le promu poil-à-gratter

Publié le par Jean-Philippe Chognot

Dix journées et ça continue ! Le promu Charleville-Mézières déjoue tous les pronostics. Troisièmes de la Pro B, les troupes de Nikola Antic reçoivent samedi le leader parisien avec la ferme intention de jouer les trouble-fête.

Nanterre, 27 septembre, 21h45. Le buzzer retentit dans le palais des sports sur une défaite inaugurale (82-70) des visiteurs : Charleville-Mézières. « On a bien joué pendant les trois premiers quart-temps. Dans le quatrième, on a lâché. J’ai eu l’impression que mes joueurs étaient juste satisfaits de pouvoir rivaliser avec une équipe de Pro B », regrette Nikola Antic, le coach ardennais. « Tout mon travail a consisté à les convaincre qu’ils n’étaient plus une petite équipe de N1 mais une Pro B à part entière. »

Une fois ce détail psychologique réglé, le promu s’est engagé sans complexe dans la voie du succès. Pour s’en convaincre, un petit coup d’œil au classement : 3e ex aequo avec 7 victoires pour seulement 3 défaites. Seuls Bourg-en-Bresse et le Paris-Levallois font mieux. Evreux est la dernière équipe à s’être cassé les dents sur l’os carolomacérien le week-end dernier (73-68). « Pour moi, ce début de saison réussi n’est pas une surprise », assure le technicien monténégrin. « En début de saison, quand j’ai regardé le calendrier, j’ai tout de suite vu la possibilité d’engranger des victoires », ajoute-t-il.

Une possibilité que peu d’observateurs prévoyaient avant le premier entre-deux. Dans le guide d’avant-saison Maxi Basket, l’Étoile de Charleville-Mézières était même, plutôt logiquement, promise à une 17e position synonyme de relégation. « Dès la parution de l’article, le préparateur physique l’a agrandi et l’a affiché dans le vestiaire », raconte Nikola Antic. Une motivation supplémentaire pour les joueurs, notamment pour Brice Vounang : « Quand on vous place à un rang que vous ne pensez pas être le vôtre, vous voulez forcément montrer que vous valez mieux. »

Le principal bémol relevé en début de saison, c’est l’ossature même de l’équipe, héritée en grande partie des deux dernières campagnes en Nationale 1. Frédéric Minet, Jesse Delhomme, Gaëtan Plateau, Gilles Sylvain et Chris Davis étaient déjà de l’aventure l’année dernière. Une limite éventuelle que l’équipe a su retourner à son avantage, profitant de la stabilité qu’elle lui a procurée. « Je suis très satisfait des joueurs qui étaient déjà sous mes ordres la saison dernière. Ils font du très bon boulot », félicite l’entraîneur.

 

Vers les play-offs

Le choix de garder ces joueurs a été en partie dicté par des moyens économiques réduits (15e budget sur 18 équipes en Pro B). « Certaines équipes prennent deux étrangers qui doivent mettre 20/25 points pour gagner les matches. Nous, on n’a pas les moyens de faire ça donc on est obligé de construire une vraie équipe », explique Nikola Antic. Brice Vounang est le seul joueur ardennais à disposer d’une solide expérience de l’antichambre.

Le pivot camerounais n’y voit que du positif : « Dans notre groupe, tout le monde joue collectif. Il n’y a pas d’individualisme caractérisé et tous les joueurs axent leurs efforts sur la réussite de l’équipe. C’est ça qui fait notre force. » Un constat que partage son coach : « Notre principal point fort est l’esprit d’équipe. La hiérarchie est bien définie et il n’y a donc pas de jalousies. » Une cohésion qui se ressent dans l’investissement défensif de l’équipe puisque l’Étoile pointe à une honorable 4e position dans le secteur (69,6 pts encaissés par match).

« Lorsque l’on parle de mon équipe, on dit souvent qu’on est bon en défense. Pour ma part, je n’en suis pas satisfait. On a encore une grosse marge de progression », rectifie toutefois le technicien. Autre domaine à améliorer : le jeu offensif. « Il faut encore qu’on travaille notre circulation de balle. À chaque match, on a encore souvent de longs passages à vide », note Nikola Antic.

Des progrès qui pourraient permettre à Charleville-Mézières de maintenir le cap et pourquoi pas voir plus haut que le maintien, objectif minimal annoncé avant l’entame de la saison. Début de réponse samedi avec la réception du Paris-Levallois Basket. « Si on gagne ce match, anticipe le coach, on prendra confiance et on se dirigera vers les play-offs. »

Jean-Philippe Chognot


Article publié dans le BasketNews du 27/11/2008, en page 14.

Publié dans Basketball

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article