3 question à... Kadour Ziani (Slam Nation)

Publié le par Jean-Philippe Chognot

On vous voit moins sur les concours de dunk. Vous avez rangé les baskets au placard ?

Non, non, pas du tout. Tous les jours, sur les terrains de la Pépinière (à Nancy, ndlr), je fais encore des trucs pas mal (clin d’œil). Mais ces derniers temps, je suis entré dans une nouvelle phase de ma vie. Je veux transmettre mon art aux jeunes. Pour ce faire, je parraine des événements. J’organise des plateformes, des concours un peu partout dans le monde : en Roumanie, en Angleterre, aux Etats-Unis… Récemment, j’étais en Allemagne et en Hollande. Ma présence stimule les concurrents. Ils veulent tous me montrer de quoi ils sont capables.

 

Quels conseils leur donnez-vous pour tutoyer les sommets ?

Il faut travailler, travailler et encore travailler. Il n’y a pas de secret. Je dis toujours que le seul talent, c’est le travail. C’est en se faisant mal qu’on progresse. Maintenant, les gens ne veulent plus faire d’efforts. Ils pensent que les stéroïdes vont les faire pour eux et veulent la célébrité tout de suite. Mais on n’arrive à rien comme ça. J’essaye de le leur faire comprendre. Je leur donne aussi quelques conseils techniques pour atteindre le geste juste qui est la quête ultime de tout dunkeur.

 

Lorsqu’on s’appelle Kadour Ziani, y a-t-il une vie après le dunk ?

Oui, bien sûr. En ce moment, je passe mon BE (brevet d’état) de préparateur physique. J’entraine déjà physiquement et mentalement quelques joueurs professionnels : Sacha Giffa (Strasbourg), Amadou Zaki et Saidou N’Joya (Nancy), ou encore Vincent Masingue (Hyères-Toulon). Je donne aussi un coup de main à T.J. Parker (Nancy) pour qu’il garde le moral pendant sa blessure. Tous me font confiance parce qu’ils voient qu’à trente-quatre ans, je suis encore compétitif et que je ne me blesse jamais. J’ai la légitimité, il ne me manque plus que le diplôme.

Propos recueillis par Jean-Philippe Chognot

Publié dans Basketball

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article